Le concept

Tout est parti de lui

Lui, c’est Adrien. Petit, il voulait devenir pompier. Il a grandi et finalement… ah ben si, il est devenu pompier ! Il a été pompier professionnel pendant 5 ans, puis, il s’est dit qu’il avait envie de faire autre chose. Alors, il est reparti sur les bancs de l’école. Après avoir étudié la finance, il a travaillé dans un gros groupe rempli de gens en costumes mais il s’est vite rendu compte que ce n’était pas son truc du tout du tout.

Alors, il a cherché SON truc. Et pour ça, il est parti à la recherche du Graal, il a fait des équations à 12 inconnues, couru des centaines de kms pieds nus dans la neige, pour finalement se dire un matin « Bon sang mais c’est bien sûr, je vais faire des chaussettes. Non, je vais faire des Josettes. Mieux, des Josettes qui vont changer le monde ! »

A cette étape de l’histoire, vous devez vous demander pourquoi ce choix et c’est bien normal. Des chaussettes parce que tout le monde en porte (ou presque), parce que c’est doux, joli, réconfortant. Parce que c’est un détail dans une tenue mais un détail qui fait la différence. Parce qu’il faut de bonnes chaussettes pour aller loin. Et pis, parce qu’il aime bien ça les chaussettes Adrien.

Et depuis quand des chaussettes ça permet de changer le monde, dites-vous ? Tout simplement depuis qu’on a décidé d’en tenir compte dans l’équation. S’il est devenu pompier ce cher Adrien ce n’est pas pour rien. Il est de ceux qui veulent sauver l’humanité toute entière. Et qui pensent que faire bouger les choses, c’est pas si difficile, il suffit de le vouloir. Alors il y va.

Et à chacune des étapes de création des ses chaussettes, il a réfléchi en ce sens.

  1.     Les Josettes sont tissées dans un coton Oeko-Tex standard 100. Cette certification garantit qu’il n’y a pas de substances nocives dans le textile. Gage de qualité pour vous mais aussi pour toutes celles et ceux qui travaillent avec Josette & Tic (planète comprise). Certificat n° 2369CIT.

 

  1.     Les Josettes sont dessinées à Saint-Malo. C’est la partie la plus (ré)créative du process. Et croyez bien que si on s’amuse (car on s’amuse, il faut bien le dire), on s’arrache aussi les cheveux ! Par exemple, quand Dorothée veut un homard sur la Josette, Anne-Gaëlle préfèrerait un crabe. Alors on tergiverse, on se questionne, on mange des galettes et finalement…ben on vous laisse regarder sur le site pour savoir qui a eu le dernier mot !

 

  1.     Les Josettes sont produites au Portugal dans un petit atelier familial avec lequel on travaille depuis nos débuts. Ils tissent nos chaussettes avec de l’amour au milieu et sans couture au bout des pieds. C’est ça qui rend les Josettes si agréables à porter. Alors à moins de grossir très fort et très vite (ou qu’ils nous fichent dehors), on continuera à travailler avec eux parce qu’ils sont hyper bons et qu’à l’époque où aucun atelier n’a voulu se lancer avec nous dans cette aventure, ils ont été les seuls à dire GO (ou plutôt « Està bem ! »). Et ça, même si aujourd’hui on est bankable* comme on dit dans le cinéma, ça ne s’oublie pas.

 

  1.     Les Josettes sont élevées dans la joie et la bonne humeur. Elles vivent en Bretagne, et sont envoyées dans nos élevages du Grand Ouest et partout dans le monde grâce à notre site web. Que ce soit à St Malo, Dinard, Rennes ou Nantes, une équipe shootée à la paillette, addict aux jeux de mots et aux idées farfelues, est là pour vous conseiller et vous aider à trouver la paire qui vous ressemble.

 

  1.     Les Josettes envoient des enfants d’Asie du Sud Est à l’école (et ceux-là, promis, ils sont contents d’y aller !). Toutes les 10 paires de Josettes vendues, nous finançons un uniforme pour permettre à un enfant qui n’en a pas les moyens d’aller à l’école via l’ONG Enfants du Mékong. Quand on vous dit que ça peut mener loin les Josettes ;)

 

Alors voilà, la boucle est bouclée, c’est tout ça Josette & Tic ! On n’est pas parfait, on ne le sera jamais, mais on essayera toujours car on est certain.e.s qu’ensemble, on va changer le monde. A petits pas.

 

 

* la banque ne nous crie plus dessus tous les lundis matins (ouf)